Contenu du cours
Impact Environnemental lié aux infrastructures et matériel numérique
Le développement rapide des infrastructures et du matériel numérique a eu un impact significatif sur l'environnement, bien que souvent moins visible que d'autres industries. Voici quelques-uns des principaux aspects de cet impact : Consommation énergétique : Les centres de données, nécessaires au stockage et au traitement de grandes quantités de données, consomment énormément d'énergie. Cela inclut à la fois l'énergie nécessaire au fonctionnement des serveurs et celle nécessaire au refroidissement des équipements. Émissions de gaz à effet de serre : La production d'électricité nécessaire au fonctionnement des infrastructures numériques, ainsi que la fabrication des équipements, génèrent des émissions de gaz à effet de serre. Ces émissions contribuent au changement climatique. Obsolescence rapide : Les cycles de mise à niveau et de remplacement des équipements numériques sont relativement courts. Cela conduit à une accumulation rapide de déchets électroniques, qui peuvent être difficiles à recycler et qui polluent souvent l'environnement. Utilisation des ressources : La fabrication des équipements numériques nécessite des matériaux rares et précieux, ainsi que des ressources non renouvelables. L'extraction de ces ressources peut entraîner une dégradation de l'environnement, ainsi que des conflits sociaux et politiques dans les régions où elles sont situées. Impact sur la biodiversité : La construction de nouvelles infrastructures numériques, comme les centres de données, peut entraîner la destruction des habitats naturels et la fragmentation des écosystèmes, ce qui nuit à la biodiversité locale. E-waste : La gestion des déchets électroniques, ou e-déchets, pose un défi croissant. Ces déchets contiennent souvent des substances toxiques qui peuvent contaminer le sol et les eaux souterraines s'ils ne sont pas correctement éliminés ou recyclés.
0/8
Numérique et environnement
À propos de la leçon

L’essor exponentiel des équipements technologiques fait écho à une société de plus en plus connectée. L’étude de l’Agence de la transition écologique (ADEME) et de l’Arcep met en lumière l’ampleur de cet engouement numérique et son impact sur l’environnement. En effet, selon leurs conclusions dévoilées en janvier, les terminaux représentent 79% de l’empreinte carbone du numérique français, tandis que les datacenters en représentent 16% et les réseaux 5%.

Croissance et Conscience : Une Évolution Contradictoire

D’une part, le nombre d’équipements par personne ne cesse d’augmenter en Europe occidentale, passant de 5 en 2016 à 9 en 2021, avec une projection de 46 milliards d’objets connectés d’ici 2030, comparé aux 15 milliards en 2018. Cette croissance constante souligne l’importance croissante des équipements technologiques dans notre quotidien.

D’autre part, il est impératif de prendre conscience de l’impact environnemental de ces appareils. La pollution numérique générée par leur fabrication est particulièrement préoccupante. En moyenne, il faut mobiliser de 50 à 350 fois leur poids en matières premières pour produire des appareils électriques, avec des émissions de CO2 considérables. Par exemple, la fabrication d’un ordinateur de 2 kg génère 124 kg de CO2, sur les 160 kg émis sur l’ensemble de son cycle de vie.

Pollution Numérique : Fabrication et Distribution

La fabrication des équipements technologiques s’étend à travers le monde, avec plusieurs étapes clés dans des régions différentes. Un smartphone, par exemple, parcourt quatre fois le globe avant d’atteindre le consommateur final, passant par la conception aux États-Unis, l’extraction des matières premières en Asie du Sud-Est, en Australie, en Afrique centrale et en Amérique du Sud, la fabrication des composants en Asie, aux États-Unis et en Europe, l’assemblage en Asie du Sud-Est, et enfin la distribution à travers le monde, souvent par avion.

Cycle de Vie : Une Gestion Responsable

Outre la pollution numérique liée à leur fabrication, la gestion du cycle de vie des équipements pose également un défi majeur. Le phénomène de l’obsolescence programmée conduit à un renouvellement fréquent des équipements, avec une majorité de Français (88%) changeant de téléphone portable alors que l’ancien fonctionne encore. Ce gaspillage est exacerbé par le fait que des millions de smartphones inutilisés dorment dans les placards, alors qu’ils représentent une ressource précieuse en matériaux recyclables.

Solutions : Recyclage et Rétention

Il est impératif de sensibiliser à la nécessité de recycler les équipements technologiques inutilisés et d’adopter une approche plus responsable en matière d’acquisition et de renouvellement. Prolonger la durée d’utilisation des appareils, opter pour des produits reconditionnés, et favoriser le recyclage sont autant de solutions permettant de réduire l’impact environnemental de nos équipements technologiques. Passer de 2 à 5 ans l’utilisation d’une tablette ou d’un ordinateur améliore ainsi de 50% son bilan environnemental, tandis que l’achat d’un téléphone mobile reconditionné permet une réduction d’impact environnemental annuel allant jusqu’à 91% par rapport à l’achat d’un smartphone neuf.

En conclusion, la croissance exponentielle des équipements technologiques s’accompagne d’un impératif de conscience environnementale et de responsabilité dans leur utilisation et leur gestion. La transition vers une consommation plus durable et plus responsable est indispensable pour préserver notre planète pour les générations futures.

Participer à la discussion